Ecowatt PACA

Signature-EcoWatt-PACA-2

La région PACA est situé en bout de ligne d’approvisionnement électrique avec pour premières centrales celles de la vallée du Rhône, du Verdon et des Bouches du Rhône. Pour le moment une seule ligne électrique de 400 000 volts relie le var, les Bouches du Rhône et les Alpes-Maritimes au reste du réseau électrique Français. Il est prévu depuis de longues années que cette ligne soit doublée (projet de jonction Boutre-Carros). Cette ligne est repoussée, surtout en raison de son impact visuel dans la zone touristique du Verdon, du Haut Var et des Alpes-Maritimes. Tant qu’une solution de bouclage et de secours n’est pas en place, nous sommes  à la merci d’une panne, ou d’une surcharge de cette ligne qui dessert Toulon,Cannes, Nice… Il faut savoir que malgré nos efforts pour concevoir et fabriquer des maisons en bois de plus en plus économes en énergie, le parc des habitations et l’augmentation des usages fait que la région PACA voit sa consommation d’énergie augmenter régulièrement (en PACA le consommation est supérieure de 28% à ce qu’elle était en 2008). Cela crée des tensions sur le réseau en été (la région PACA est touristique et très climatisée) et en hiver (la région PACA est assez mal équipée en chaudières gaz, bois.. et a une utilisation massive de l’effet joule – convecteurs- et PAC).

ecowatt

La région PACA fait des efforts pour compenser cette dépendance énergétique et diminuer ce risque de black-out. Ainsi après d’autres villages du Var comme Trigance, Vinon-sur-Verdon.., mon village de Cotignac s’est équipé d’un parc photovoltaïque de 3 MW ( soit 3 000 000 de kwh) sur plus de 2 ha. Toutefois, si cette énergie solaire nous permet d’arriver à un équilibre en été, il n’en est pas de même en hiver.

ecowatt ecowatt

En effet les pointes de demandes électriques se situent entre 19 et 20 h, au moment ou les panneaux solaires ne produisent plus et ou lumières et chauffages explosent au retour des habitants dans les maisons. Alors fort du principe que chaque watt non utilisé participe à passer ces moments à risque de coupure, Ecowatt PACA revient sur vos écrans cette année encore. Ecowatt PACA a pour vocation de diffuser un état du réseau électrique sur les prochains jours (un peu comme Bison Futé sur nos routes) afin que chacun puisse avec quelques trucs et astuces simple participer à ce que notre région.

ecowatt
Aller visiter le site et faites passer le message autour de vous…

http://www.ecowatt-paca.fr/

 

RT 2012

 

Pour une raison simple (l’énergie la moins chère étant celle que l’on ne consomme pas) depuis le premier janvier 2013 pour les maisons individuelles, la RT2012 impose des réductions de besoins énergétiques de l’enveloppe, tout en préservant le confort. A l’inverse de la RT2005 qui était supposée conforme par défaut, la RT 2012 impose des vérifications et des mesures pour vérifier la conformité RT2012.

  • Attestation RT 2012 au moment du dépôt de permis de construire
  • Etude thermique détaillée de conception
  • La mesure de perméabilité à l’air
  • L’attestation de conformité RT2012 en fin de chantier

 

Les besoins énergétiques d’un bâtiment (pour un mode d’usage donné) se résument à la somme des déperditions thermiques de l’enveloppe, moins les apports solaires gratuits, le résultat étant la quantité d’énergie à ajouter et donc à payer pour équilibrer les pertes.

 

La conformité réglementaire RT2012  comportes trois cibles principales, le BBio, le CEP et le TIC

  1. le Bbio, ou Besoin bioclimatique conventionnel, exprime les besoins liés au chauffage, à la climatisation et à l’éclairage.
  2. le Cep ou coefficient de Consom­mation conventionnelle d’énergie primaire porte sur les consomma­tions annuelles ramenées au m2 liées aux cinq usages suivants : chauffage, climatisation s’il y a lieu, eau chaude sanitaire , éclairage, et auxiliaires tels que les pompes et les ventilateurs
  3. le Tic caractérise la Température intérieure conventionnelle en période de forte chaleur. Sa limitation vise à assurer, en été, de part et d’autre, un bon niveau de confort et à éviter les surchauffes sans qu’il soit nécessaire de climatiser

Le Bbio est une innovation majeure de la RT 2012. Il valorise la qualité intrinsèque de la conception du bâti. La démarche bioclimatique optimise entre autres l’orientation, les apports solaires, l’éclairage naturel, le niveau d’isolation, l’inertie, la compacité et la mitoyenneté.

 

L’approche la plus économique pour optimiser la performance energétique de l’enveloppe d’un bâtiment et pour respecter la conformité réglementaire RT2012 est :

  • d’intégrer les éléments thermiques dés la phase initiale de la conception d’un projet .
  • d’axer les choix techniques sur des solutions simples validées par le bureau d’études thermique, en privilégiant les apports gratuits
  • un travail d’équipe durable entre les acteurs d’un projet, le maître d’ouvrage, l’architecte, le constructeur, les entreprises et le bureau d’études thermiques
  • de réaliser une mesure de perméabilité à l’air en cours de travaux au stade hors d’eau hors d’air

par Jean-François Pithon

bandeau-presentation-ppt

www.beconvergence.com

Isoler : c’est la ouate !

ouate de cellulose

Ouate de cellulose :

La ouate de cellulose est un isolant issu du recyclage et de la valorisation du papier (et donc du bois).

C’est donc un matériau bio-sourcé et nécessitant peu d’énergie grise pour sa fabrication (6kwh/M3). Le papier provenant des invendus, chutes d’impression, ou du recyclage est broyé, puis défibré en flocon. La suite de de la fabrication constitue à l’ajout de différents composants pour augmenter sa résistance au feu, moisissures, insectes….

Suite à la polémique sur l’emploi de sel de bore, les fabricants se sont conformés à la nouvelle réglementation pour encore plus de sureté.

Nous utilisons ce produit pour l’isolation des combles perdus de nos maisons bois et des murs dans certaines de nos ossatures, car il a de nombreux atouts.

1 : la performance thermique :

Insufflée, elle a une masse d’environ 50 kf/M3 et un lambda de 0,040ce qui en fait un bon isolant, sans pour autant atteindre les performances d’une laine minérale ou d’un polystyrène…  Par contre sa performance est intéressante en été, comme en hiver grâce à sa masse thermique et son pouvoir de régulation de l’humidité.

2 : la performance acoustique :

Sa masse, sa forme et sa consistance en fait un très bon absorbeur des ondes sonores qui viennent se perdre dans son épaisseur, ce qui rend les maisons phoniquement performantes.

3 : le déphasage thermique :

Associé au bois de nos constructions, la ouate a une chaleur spécifique de 1600 à 2000 J/kg.K.Il a un volant thermique très important et procure donc un fort déphasage.

Le déphasage, c’est le temps que va mettre une calorie à traverser un matériaux. C’est une propriété intéressante dans nos régions ou l’écart des températures entre le jour et la nuit est important. Cela permet de “lisser” les écarts thermiques dans la maison et d’éviter les effets yoyos de la température intérieure. Cela permet de garder l’habitation confortable en été, comme en hiver à moindre frais.

4 : le bilan écologique :

La ouate de cellulose nécessite peu d’énergie pour être produite. Elle permet de recycler du papier autrefois détruit et ne génère pas de pollution.

c’est un des meilleurs bilan parmi les isolants.

5 : résistance aux “nuisibles” :

les flocons ne permettent pas aux insectes et aux rongeurs de créer des galeries (la ouate s’effondre). Ceci associé aux différents traitements fait que l’isolation n’accueille pas nos amis “les bêtes”.

6 : la régulation hydrométrique :

la ouate permet d’absorber jusqu’à 15 % d’humidité sans perdre son pouvoir d’isolation et elle permet la diffusion naturelle de la vapeur.

7 : la protection incendie :

Son traitement la rend peu sensible au feu (M1, Bs2, d0).

Elle ne propage pas les flammes et ne dégage pas de gaz toxiques.

8 : durée de vie :

La ouate ne se dégrade pas et après le tassement initial (suivant la méthode de pose), elle ne perd aucune de ses capacités avec le temps.

9 : Facilité d’utilisation :

La ouate de cellulose est utilisable dans la construction d’une maison en bois en flocage (dans les combles), en insufflation (dans les murs de nos ossatures, nous injectons de façon automatique la ouate sur 14, 16 ou 20 cm à 55 kg le m3) ou en panneaux semi-rigides (en isolation complémentaire).

10 : le rapport coût/retour :

s’il est vrai que ce matériaux est plus onéreux que des laines minérales, ses qualités le font préférer à celles-ci. De plus son déphasage important fait que très vite vos économies d’énergie vont vous conforter dans le choix de cet isolant.