Construire sur pilotis

Parfois il est nécessaire de construire sur pilotis. Le plus souvent c’est pour des raisons techniques (manque de stabilité du sol, besoin de protection vis à vis d’inondations ou même de submersions en bord de mer). Parfois il s’agit plus d’un geste architectural ou d’une volonté d’un client de ne pas peser, marquer le sol.

Bâtir dans les arbres :

Patrick Arotcharen

Architecte a dessiné et réalisé un programme d’une cinquantaine de logements  au nord de Bayonne en liaison avec les arbres et la canopée. L’idée directrice est d’éviter le mitage et l’emprise sur la nature des habitations dans les périphéries urbaines.

Pour arriver à cet objectif, Patrick Arotcharen, a suivi 4 pistes principales :

  1. densifier les constructions
  2. respecter le relief du terrain
  3. respecter la végétation existante
  4. offrir a chaque propriétaire une part de cette nature

La densité est dans ce programme très importante puisque les 50 appartements se déploient sur seulement 5000 m². D’habitude, pour obtenir ce résultat, il faut opter pour un immeuble vertical. Ici, les habitations sont dispersées suivant le relief et l’implantation des arbres. Ces maisons, sont posées sur des pilotis, pour libérer des espaces de stationnements et surtout ne pas abimer le sol et les réseaux racinaires des arbres.

0construction sur pilotis

Les appartements sont donc positionnés au niveau de la canopée permettant d’immerger les habitants dans ce jardin que constitue la frondaison des arbres pré-existants sur la parcelle. Ce “jardin” est facilement accessible via les circulations en passerelle et de larges balcons (6 m, ce qui correspond à la largeur des baies vitrées en face sud des logements).

Bayonne La Canopée Bayonne La Canopée

 

Comment construire ?

Cette réalisation est construite à Bayonne dans un parc paysagé transformé en éco-quartier, la ZAC du Séque. Pour ce projet, l’architecte a eu recours a une large bibliothèque de matériaux (l’acier, le béton et bien sûr le bois). Ces habitations sont construites et conçues pour obtenir le label BBC (assez similaire à la RT2012) soit pour la région une consommation inférieure à 45 KWhep/ m² et par an + une étanchéité à l’air performante. Les logements étant dans le principe même de l’intégration naturelle du projet, tout sauf compact, il a fallu compenser la forte exposition des murs à l’air extérieur par une excellente performance thermique des murs.

0177185bbf43aac6bb265a53a58169a6c8bdf00045 0135ce84ba45f29ce8899ec4d54e97a5722f014fb0

Le projet avait également un objectif financier contraignant, avec une enveloppe maximum de 1450 €/ht le m².

Pour atteindre ces 2 objectifs de performance et d’économie (relative), l’architecte a eut, comme nous, a un recours à une pré-construction des murs en atelier. Les murs ainsi construits en modules de 2.5 m (pour le transport  transversal sur remorque) peuvent être réalisés avec le plus grand soin.

En effet, à l’abri du toit de l’atelier, l’assemblage des murs peut être réalisé avec efficacité (machine et robot), précaution (contrôle permanent et process) et en dehors de tout problème de climat. Enfin cette production en masse des murs permet d’abaisser le coût unitaire de chacun des murs (construction à la chaine) . Le chantier est lui aussi facilité grâce à un planning prévisible et un temps d’intervention plus court en extérieur.

La vie sur pilotis :

01a218abd4f84dfe255c69675d7413ba616cb36003

L’ensemble du projet est harmonieux et s’intègre parfaitement au site. La vie semble y être confortable et ouverte sur la nature.

Dès le départ, ce programme “canopée”, a reçu un bon accueil et la vente des appartements s’est bien déroulée. A ce jour, l’architecte, le bailleur, le constructeur ‘égoin’ et les habitants se félicitent tous de cette réalisation qui a reçu un prix national de la construction bois.

Vous pouvez écouter ici un compte rendu de ce projet par Patrick Arotcharen lors du dernier salon maison bois.

http://www.arotcharen-architecte.fr/accueil.html